LES RETROUVAILLES DE NOËL
Nouvelle de Gérard MOREL parue dans le N° 3573
de l’hebdomadaire NOUS DEUX (22 Décembre 2015)

Quand Maxime rentra chez lui, ce soir-là, il s’étonna que ni sa femme ni leur fils ne viennent l’embrasser. Mais il comprit mieux leur indifférence lorsqu’il se rapprocha du salon et qu’il entendit à travers la porte qu’Hélène expliquait très tendrement à son fils que le père Noël ne pourrait peut-être pas lui apporter tous les cadeaux qu’il désirait.
-Il est donc si vieux, maintenant, s’écria le petit Cyril, visiblement déçu.
-Mais oui, répondit doucement Hélène. Et puis, tu n’as sûrement pas besoin d’autant de jouets.
-Euh…
Du haut de ses 5 ans, l'enfant fit un effort pour admettre qu’il avait commandé beaucoup de cadeaux, trop sans doute. Pour expliquer sa déception, il expliqua à sa mère :
-Je voulais que le père Noël m’apporte un maximum de jouets, pour que ce soit vraiment la fête. Parce que tous mes copains du centre aéré ont raconté qu’ils allaient chez leurs grands-parents ou qu’ils recevaient des cousins ou des oncles et des tantes, alors que moi, je suis toujours seul avec papa et toi !
Maxime poussa à cet instant la porte du séjour, ce qui eut au moins l’avantage de distraire Hélène, visiblement embarrassée par la remarque de son fils. Elle se retourna vers son mari pour lui glisser à l’oreille que Cyril venait d’écrire sa première lettre au père Noël et que…
-Je sais, j’ai tout entendu, l’interrompit Maxime.
Tout en se penchant vers son fils pour l’embrasser, il lui demanda :
-N’es-tu pas heureux entre Maman et moi ?
-Oh oui, affirma Cyril. Mais je regrette que l’on ne reçoive jamais personne. Ni cousins, ni grands-parents. Alors que mon copain Benoît, il a la chance d’avoir trois grands-pères, puisque l’une de ses grands-mères a divorcé et s’est remariée. Moi, je me sens vraiment seul, entre vous deux…
Et il exagérait tellement son air désolé que ses parents ne purent s'empêcher d'éclater de rire.
-Demain, proposa Maxime, tu reliras ta liste de cadeaux avec Maman et tu choisiras ce dont tu as le plus envie. Et puis, j’irai moi-même demander au Père Noël de faire de son mieux pour te gâter. Pour que nous vivions d’une vraie fête !
-Comme chez Benoît ?
-Peut-être pas tout à fait comme chez lui, dut avouer Maxime, mais je te promets une surprise, en plus de tes cadeaux.
Confiant, Cyril retrouva son sourire. Et c’est seulement lorsqu'il fut allé se coucher que Maxime répondit à l’interrogation muette de sa femme :
-Je crois que Cyril a raison. Nous avons tendance à vivre tous les trois trop isolés. Moi, je suis très heureux de te retrouver et de rester seul près de toi après une journée passée dans ma boutique, mais notre fils aurait besoin de se sentir plus entouré.
-Ce n’est pas de ma faute si mes parents sont morts prématurément tous les deux, soupira Hélène. Maman avait à peine 48 ans, et je t’assure qu’il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elle, ni qu’elle me manque. Quant à ta mère…
-Maman est morte au mois de Février, oui. Et je sens que Cyril la regrette, même s’il n’en parle jamais. En revanche, mon père, lui, est toujours vivant. Or, nous ne sommes jamais allés le voir. Et justement, grâce à la remarque de Cyril, je viens de penser que nous pourrions lui faire la surprise d’une courte visite, à l’occasion des fêtes de Noël.
-Tu envisages vraiment d’aller chez ton père, répéta Hélène, stupéfaite. Alors que tu as refusé de l’inviter à notre mariage. Et tu ne me l’as jamais présenté. Tu n’as même pas osé me raconter l’origine de votre brouille…
Maxime eut un geste flou de la main, avant de comprendre qu’il ne pouvait plus retarder le moment de raconter à sa femme pourquoi il avait cessé de voir son père depuis l’âge de ses 12 ans.
Il lui expliqua donc que son père, qui possédait une parfumerie, les avait soudainement abandonnés, sa mère et lui, pour suivre l’une de ses clientes, plus belle et mieux maquillée que les autres :
-Ma mère s’est retrouvée seule du jour au lendemain. Elle souffrait de cette trahison, au point d’avoir honte d’elle-même. Elle se sentait vieille et rejetée, et se comparait sans cesse à la deuxième femme de mon père. En plus, Papa négligeait régulièrement de lui verser la pension alimentaire qu’il avait été condamné à payer. Pendant plusieurs années, nous avons vraiment souffert. Et puis, quand je suis devenu adulte, j’ai essayé de moins en vouloir à mon père. Mais je ne pouvais pas l’inviter à notre mariage, par égard pour ma mère, qui aurait pris ce geste comme une nouvelle trahison envers elle. Cette année, après la mort de maman, j’ai écrit à mon père. Et depuis, je lui téléphone environ une fois par mois. J’aimerais bien le revoir. Si je n’ai pas osé l’inviter ici ni te demander de m’accompagner chez lui, c’est parce qu’il a un train de vie très supérieur au nôtre. Maman m’avait déjà dit que sa deuxième femme était riche et qu’ils ne se privaient de rien, et j’en ai la confirmation quand nous discutons au téléphone. Aussi je me sentirais gêné de l’accueillir chez nous…
-Pourtant, notre appartement est confortable, protesta vivement Hélène.
-Bien sûr, s’empressa d’approuver Maxime. Mais il reste modeste. Alors que mon père et sa femme ont rénové une demeure historique, au cœur du Jura. Bref, peu importe ces différences de train de vie. Pour Cyril et sans doute aussi pour moi, je viens de comprendre qu’il est temps que nous lui rendions visite.
Grâce aux réflexions de son fils, il venait de réaliser que les fêtes de Noël constituaient une véritable opportunité pour effacer toutes ces années vécues séparément, et se pardonner mutuellement ces négligences ou ces trahisons qui ne méritaient pas que l’on reste définitivement fâché au cœur d’une famille.
-Je suis sûr que mon père, lui aussi, sera heureux de faire la connaissance de son petit-fils. Et s’il accepte de le recevoir par la suite, pendant une partie des vacances, cela permettra à Cyril de se faire raconter l’histoire de ses ancêtres, ou d’apprendre à pêcher la truite dans les rivières du Jura. Papa, lui, se sentira utile. Bref, ce serait bien pour nous tous.
-As-tu envisagé que sa deuxième femme pourrait ne pas accepter ta présence, ni celle de Cyril, rappela Hélène.
Maxime balaya cette éventualité d’un geste de la main :
-C’est un risque à courir. Mais il est faible. Puisqu’en épousant mon père, elle savait bien qu’il avait déjà une famille. Et je lui rappellerai très vite que nous habitons à 600 kilomètres de chez eux, pour qu’elle n’ait pas peur de nous voir revenir à l’improviste trop fréquemment. D’ailleurs, dans le pire des cas, même si elle interdisait à mon père de nous recevoir chez eux, nous nous retrouverions dans la même situation qu’aujourd’hui.
-Tu as sûrement raison, admit Hélène. Quand veux-tu que nous partions ?
Dix jours plus tard, Maxime posait sur la vitrine de son herboristerie une affiche pour informer ses clients que la boutique ne réouvrirait que le lendemain de Noël.
Pendant ce temps, Hélène avait revu avec Cyril sa liste de cadeaux, elle lui avait fait renoncer à un mini ordinateur mais avait commandé le reste, aussi purent-ils aller prendre un train pour le Jura dès le 20 Décembre.
-Où partons-nous, ne cessait de demander le petit Cyril, à qui ses parents refusaient de répondre.
Hélène tenait à éviter qu’il ne soit traumatisé dans l’éventualité où son grand-père refuserait de les accueillir, aussi lui avait-elle seulement promis un voyage vers les marchés de Noël, mais le gamin paraissait avoir deviné qu’on lui cachait un événement plus important.
A Dôle, ils prirent un taxi, qui les conduisit jusqu’au petit village de Thomeret, où le père de Maxime avait dit habiter avec sa femme, dans une maison médiévale à colombages, tout près de l’ancien lavoir.
Maxime entra dans l’unique bar situé sur la place Louis Pasteur, pour demander l’itinéraire à suivre :
-Le vieux lavoir ? C’est tout droit, lui répondirent deux joueurs de cartes accoudés au comptoir. Vous n’avez qu’à poursuivre le chemin jusqu’à l’école communale, celle qu’on a fermée en 1993, et de là vous reconnaitrez le lavoir. Au printemps il est fleuri, mais en cette saison, forcément, il a une apparence plutôt lugubre. Surtout que la nuit ne va plus tarder à tomber.
-Ce n’est pas grave, soupira Maxime, plus ému qu’il n’aurait cru à la perspective de bientôt revoir son père. A vrai dire, le lavoir me sert seulement de repère pour aller chez Monsieur Morsang. On m’a dit qu’il habitait juste en face.
Il s’interrompit en remarquant que le regard des deux hommes s’était durci dès qu’il avait prononcé le nom de son père.
-Qu’est-ce que vous allez lui annoncer, au père Morsang, interrogea l’un d’eux.
-Rassurez-vous, je ne lui veux aucun mal, répondit précipitamment Maxime. A vrai dire, je passe seulement avec ma famille pour lui souhaiter un joyeux Noël.
-Ouais, bougonna un autre homme, en finissant son verre. J’aime mieux ça ! Je craignais que vous ne soyez un huissier. Et que vous alliez chercher des ennuis à ce malheureux, juste avant le réveillon de Noël. Quoique, même vos vœux ne suffiront pas à l’égayer, le père Morsang ! Et si vous aviez vraiment des bonnes intentions à son égard, le mieux serait que vous le sortiez de sa baraque et que vous l’emmeniez fêter Noël chez vous !
-Mais je crois qu’il est très entouré, lui aussi, protesta Maxime. Sa femme l’aime et veille à le rendre heureux.
Pour le coup, les clients du bar partagèrent un rire amer :
-S’il lui reste une femme, il nous l’a bien cachée ! Parce que, son épouse, elle est partie il y a plus de vingt ans ! Après avoir vidé tous ses comptes bancaires. Le vieux ne pouvait même plus se payer un avocat pour son divorce, du coup il n’a jamais pu être entendu. Et il a été condamné à verser une énorme pension alimentaire à cette garce !
-Ah bon, s’étonna Maxime. Et il n’a pas refait sa vie, depuis ?
-Bien sûr que non, répondirent d’un même élan les deux hommes. Ici, à Thomeret, tout se sait. Et l’on voit bien qu’il vit seul. Et qu’il est malheureux. Même s’il ne se plaint pas, il ne reçoit jamais la plus rapide visite. Et il ne sort que pour aller s’acheter à manger. Le pauvre, on peut dire qu’il connaît une bien triste fin de vie.
La patronne du bar se rapprocha de Maxime pour renchérir :
-Il ne méritait pas d’être aussi seul. Surtout que, un soir où il venait de toucher sa retraite et où il avait bu un peu trop, il m’a raconté qu’il avait eu un fils, lorsqu’il était beaucoup plus jeune. Un fils qui lui téléphone depuis quelques mois, mais qui ne le reçoit même pas chez lui, tellement il a honte de son père. Pensez qu’il ne s’est jamais déplacé pour lui rendre une visite. Pourtant, ça ne lui coûterait pas cher de venir jusqu’ici, et cela illuminerait la vieillesse du père Morsang…
Elle parlait en fixant Maxime du regard, avec une telle intensité qu’il se demanda si elle n’avait pas déjà deviné qu’il était ce fils distant et qu’elle croyait égoïste.
-J’ignorais que ce monsieur vivait de manière aussi solitaire, ni aussi triste, balbutia-t-il. Mais je vais passer le voir, avec ma femme et mon fils, et j’espère qu’il sera content.
-C’est sûr, s’écria la patronne du bar. Depuis le temps qu’il vous attend…
Elle ne lui faisait pas de reproches, non : elle se souciait seulement de la vie de ses clients parce qu’elle était d’un tempérament généreux.
Maxime ressortit du bar le plus vite qu’il put, mais bien qu’il ait décidé de ne rien répéter encore à sa femme, Hélène remarqua tout de suite qu’il était perturbé.
-Que se passe-t-il, s’inquiéta-t-elle. Et peut-on emmener Cyril avec nous ?
-Bien sûr, répondit Maxime, d’une voix étranglée par les larmes qu’il retenait. Au contraire. Mon père et lui ont vraiment besoin de faire connaissance au plus vite.
Il reprit à sa femme leur valise, tout en suivant le chemin qu’on lui avait indiqué vers l’ancien lavoir. Lorsqu’ils arrivèrent devant la modeste villa à colombages du père Morsang, Maxime eut un sursaut d’émotion. Car, à la différence des autres maisons du village qui étaient toutes plus ou moins illuminées par des guirlandes électriques, celle de son père restait désespérément austère. Aucune décoration ne venait égayer les volets mal peints des fenêtres, ni le vieux portail rouillé. Une boîte aux lettres déglinguée laissait échapper quelques publicités que le père Morsang ne faisait même plus l’effort de jeter.
-Tu m’avais dit que lui et sa femme étaient riches et qu’ils habitaient une magnifique demeure, s’étonna Hélène.
Maxime haussa les épaules en signe d’impuissance :
-C’est ce qu’il m’avait raconté. Mais il devait avoir ses raisons…
Et, parce qu’il avait hâte maintenant de revoir son père, il agita la clochette au son aigre, accrochée au-dessus du portail.
Les rideaux d’une fenêtre s’écartèrent. Un vieil homme mal rasé les fixa du regard avant de leur faire signe d’attendre. Trois minutes plus tard, Maxime vit son père ouvrir sa porte et descendre aussi vite qu’il pouvait les trois marches du perron pour venir leur ouvrir le portail :
-Maxime ! Toi ici ! Que t’arrive-t-il ?
Déjà, le vieil homme oubliait sa propre situation pour s’inquiéter de son fils et lui demander s’il pouvait l’aider. Avant même de lui répondre, Maxime le serra contre lui et l’embrassa, comme s’il avait espéré lui communiquer un peu de sa vigueur par ce geste qu’il n’avait plus fait depuis une trentaine d’années.
-Papa ! J’ai eu envie de te revoir, et de te proposer de passer Noël avec nous, pour une fois.
-Pourquoi ne m’as-tu pas prévenu, demandait son père, d’une voix étranglée par les sanglots. J’aurais rangé la maison. Quand on vit seul comme moi, on se laisse un peu aller… Mais vous devez être fatigués ! Madame, je suppose que vous êtes Hélène ? Mon fils m’avait écrit que vous étiez ravissante.
Le père Morsang embrassa sa belle-fille, tout en regardant le petit Cyril dont il n’osait pas s’approcher.
-C’est ton petit-fils, précisa très doucement Maxime.
-J’avais compris, soupira son père. Mais je ne me suis pas rasé depuis dimanche, je risque de l’irriter ou de lui faire peur. Si seulement vous m’aviez prévenu…
Il fut interrompu par les joyeuses protestations de Cyril :
-Oh non ! Je suis super content de te connaître ! Et puis, avec ta barbe, tu as l’air d’un vrai grand-père ! Il faudrait même que tu la laisses pousser, pour ressembler au Père Noël !
Déjà à l’aise en face de ce vieil homme qui le regardait avec tellement de tendresse, le petit Cyril se redressa sur la pointe des pieds pour l’embrasser :
-Si Papa et Maman m’avaient dit qu’on venait te voir, je t’aurais fait un dessin. Promis, je t’en apporterai un, la prochaine fois. Aujourd’hui, comment veux-tu que je t’appelle ? Maurice ?
-Ah non, protesta le père Morsang. Appelle-moi Papy. Ou Grand-Père. Je ne l’espérais plus. Mais vous n’allez tout de même pas rester toute la matinée devant ce portail ! Montez donc dans ma cuisine.
Tout en frémissant de la crainte de ne pas les recevoir assez bien, il fit chauffer du café pour son fils et sa belle-fille, et retrouva un vieux bocal de chocolat en poudre pour Cyril.
C’est seulement après avoir partagé ce café avec son père que Maxime lui demanda :
-Pourquoi ne m’as-tu jamais dit que ta femme t’avait quittée et que tu passais seul les fêtes de fin d’année ? Hélène et moi nous t’aurions invité chez nous…
Le père Morsang hocha la tête :
-Oui. J’ai certainement eu tort. Mais j’avais honte. Je vous ai laissés, ta mère et toi, pour une femme qui m’a abandonné sept ans plus tard… Chaque fois que ta mère se plaignait que je ne lui versais pas la pension alimentaire que je devais pour toi, je prétendais avoir oublié, alors qu’en réalité je n’avais plus un sou. Quand tu m’as écrit, tu me croyais encore en couple avec Sophie et je n’ai encore pas osé te détromper, pour ne pas reconnaître que je m’étais conduit comme un imbécile. Et puis, si j’avais dû venir jusque chez vous, le voyage m’aurait coûté cher, et je n’aurais guère pu vous offrir de beaux cadeaux, avec la petite retraite que je perçois. Aussi valait-il mieux que tu me croies heureux auprès de Sophie. Je préférais que tu me considères comme un égoïste plutôt que comme un idiot.
Après un instant d’hésitation, il se risqua à avouer encore :
-Et surtout, j’avais peur que tu ne penses pas à m’inviter, même si tu avais su que j’étais seul. Et dans ce cas, je me serais vraiment senti abandonné.
Il prit le temps de faire une tartine de miel à son petit-fils, avant de confier d’une voix humide :
-Tu sais, j’ai beaucoup souffert quand Sophie m’a quitté. Il ne me restait plus personne à aimer. Alors, pour me rassurer, je me rappelais que j’avais un fils, et qu’il viendrait un jour me voir. J’avais besoin de cet espoir, c’était le dernier qui me restait. D’ailleurs, j’avais raison, puisque vous êtes venus tous les trois, ce matin. Combien de temps comptez-vous rester ?
-Si vous voulez bien de nous, nous passerons Noël ici, tous ensemble, répondit Hélène la première. Et pour préparer le repas du réveillon, je vais ressortir avec Cyril et acheter tout le nécessaire. Cela vous laissera le temps de discuter librement avec votre fils. Il a tellement de choses à vous dire…
Le père Morsang avait si peur d’être déçu qu’il hésita avant d’oser demander à sa belle-fille :
-Ah bon ? Vous ne regretterez pas de rester jusqu’au réveillon, avec moi ?
-Pas du tout, papa, répondit très vite Maxime. Et je t’assure que nous serions déjà venus, si j’avais su que tu étais seul.
-Oui, reconnut son père. J’ai eu tort, mais j’ignorais que tu étais un si gentil garçon.
Il leur répéta sa joie de passer Noël avec eux, malgré sa crainte de les décevoir car la chambre d’amis de son pavillon n’était ni très grande, ni bien rangée.
-Mais je vais m’en occuper, pendant que vous irez acheter à Cyril un cadeau de ma part, décida-t-il dans un regain d’énergie.
Malgré les protestations de son fils et de sa belle-fille, il insista pour offrir à son petit-fils le mini-ordinateur que le gamin avait renoncé à commander au père Noël, ainsi que pour régler lui-même les frais du traditionnel repas de réveillon. Et Maxime céda très vite, tant il sentait que son père était heureux de leur témoigner ainsi sa reconnaissance pour leur visite et surtout pour ces retrouvailles.
Ce soir-là, après avoir mangé en dessert une bûche glacée aux coings, comme Cyril se plaignait que le père Noël tardait à venir, son grand-père l’aida à prendre patience en sculptant pour lui de drôles de petits personnages dans les bouchons en liège des bouteilles de vin.
Il lui promit même de lui apprendre à faire aussi bien, quand il serait plus grand :
-J’aurais dû le montrer aussi à ton père, malheureusement nous étions trop éloignés. Lui il vivait avec sa mère, moi avec ma deuxième femme, et j’ai sûrement eu tort de ne pas…
-Ah non, protesta Maxime énergiquement. On ne va pas revenir sur le passé et chercher à savoir qui en est responsable ! Nous avons tous commis des fautes, puisque nous n’avons pas réussi à rester proches, mais aujourd’hui nous nous trouvons enfin réunis, et c’est tout ce qui compte !
-Oh oui, approuva le petit Cyril. Pour moi, c’est le plus beau des Noëls ! Grand-père, je t’aime beaucoup et…
Il s’interrompit en entendant un craquement qui signifiait que le père Noël venait de déposer ses cadeaux dans la chambre d’amis.
En effet, dès qu’il entrouvrit la porte, Cyril aperçut sur le lit tous les jouets qu’il avait commandés, et même le mini-ordinateur qu’il n’espérait plus…

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×